Congé de paternité de 10 jours

congé paternité

Congé paternité de dix jours : les enjeux

Les pères profiteront de dix jours de congé paternité à partir de 2021. L’association « Le congé paternité maintenant ! » a retiré son initiative populaire qui réclamait 20 jours de congé. Les promoteurs approuvent le contre-projet ratifié au Parlement prévoyant dix jours.

La décision a été sanctionnée à la majorité simple en faveur du rejet de l’initiative « Pour un congé paternité raisonnable en faveur de toute la famille », à la condition qu’il n’y ait pas de vote à l’encontre du contre-projet, a annoncé l’association. Mercredi lors d’un point-presse à Berne, les initiateurs ont annoncé qu’ils préfèrent prévenir de perdre en votation a soutenu Philippe Gnägi, directeur de Pro Familia Suisse.

« Une avancée considérable pour la Suisse »

En outre, l’association se vante d’avoir aiguillonné les avis parlementaires, d’après Philippe Gnägi. Le changement a été mis en place grâce au comité d’initiative. « Le fait de disposer d’un congé paternité est une avancée considérable pour la Suisse au profit d’un modèle familial moderne, a acclamé Markus Theunert, secrétaire général de männer. ch. Tous parlent d’une première avancée considérable au profit d’un modèle familial moderne,

paternité congé

Étape suivante : le congé parental.

“Nous penchons pour un congé parental efficace, qui consente une égalité dans les tâches parentales”, d’après Maya Graf, coprésidente d’Alliance F. “Pro Familia Suisse envisage un congé parental qui permette aux femmes d’exercer une activité professionnelle”, rajoute Philippe Gnägi.

Les différents membres de l’association “Le congé paternité maintenant !” vont débattre ces prochains mois d’une résolution commune, précise Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse. En principe, la loi relative à un congé paternité de dix jours doit être appliquée au plus tard le 1er janvier 2021, précise Adrian Wüthrich.

Initiative financée par les APG

L’initiative sollicitait un congé paternité de 20 jours que l’on pouvait prendre à sa guise dans l’année suivant la naissance de l’enfant. Les deux prototypes devaient être commandités grâce aux allocations pour perte de gains (APG). Le montant maximum sera de 196 francs par jour. Pour deux semaines, il faudrait majorer le taux actuel de cotisation aux APG (0,45 %) de 0,05 point ; pour quatre semaines, il aurait fallu le redoubler de 0,11 point. La charge financière est estimée à 230 millions de francs par an pour un congé de dix jours, contre 460 millions pour quatre semaines. D’après un sondage Tamedia diffusé lundi, 60 % de la population adhère pour un congé paternité de quatre semaines 40 % pour et 20 % plutôt pour.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code